Comment bien choisir son assurance santé ?

assurance-santé-mutuelle

Avant de vous lancer tête baissée, il est important de comprendre les différents types d’assurance santé et leurs caractéristiques. Cela vous aidera à déterminer la couverture dont vous avez besoin et le montant que vous pouvez vous permettre de payer.

Quelle est la différence entre une mutuelle santé et une complémentaire santé ?

Une mutuelle est fondée sur le principe de la solidarité entre ses membres, tandis qu’une assurance complémentaire santé n’est qu’un type de produit proposé par une compagnie d’assurances qui peut également offrir d’autres services tels que la couverture d’un logement ou d’une voiture. Les prestations d’une mutuelle ou de votre complémentaire viennent compléter les remboursements de la sécurité sociale (la caisse primaire d’assurance maladie, CPAM).

Commencez par examiner votre assurance maladie actuelle.

En premier lieu, il est important de vérifier la manière dont vous êtes assuré actuellement et de quelles garanties et services vous bénéficiez. En effet, comme beaucoup de salariés en France, vous pouvez cotiser à une mutuelle ou complémentaire par l’intermédiaire de votre entreprise.

Prenez le temps de demander la notice et les documents relatifs à votre employeur et analyser votre couverture actuelle.

Ensuite, sur la base des remboursements que vous avez perçus les années précédentes, à vous de voir si cela vous convient ou si vous souhaitez des garanties supplémentaires ou un taux de remboursement supérieur.

Soyez exhaustifs quant à vos besoins et dépenses en matière de santé.

Lorsque vous recherchez une nouvelle assurance santé, il est important de lister l’ensemble de vos besoins. Si vous portez des lunettes, ne négligez pas les garanties sur l’optique car les prix s’envolent vite. Idem pour les soins dentaires et orthodontie car les honoraires pour un implant ou une couronne sont affolants.

Pour découvrir le contrat qui vous convient, utilisez un comparateur de mutuelles.

Pour bien choisir votre contrat de complémentaire santé ou votre mutuelle, il existe aujourd’hui un grand nombre de comparateurs en ligne spécialisés dans le domaine de la santé.

Il vous suffira d’identifier vos besoins et de sélectionner les filtres qui sont importants pour vous tels que :

  • Le type de contrat (individuel, familial, couple, etc.),
  • Le niveau de couverture (100%, 150%, 200%),
  • L’existence ou non d’une franchise,
  • La liste des médecins que vous pouvez consulter sans restriction.

Le tarif annoncé est facilement comparable à prestations identiques.

Vous pouvez également prendre en compte l’avis des autres utilisateurs en lisant les avis laissés sur le site du comparateur.

L’autre avantage est que vous pourrez choisir et souscrire votre contrat en ligne.

Vérifiez les garanties et services proposés en détail dans le contrat

Soyez vigilants en ce qui concerne le forfait de prise en charge pour une hospitalisation (durée, montant, chambre individuelle, etc…). Regarder également si les consultations de conforts de type ostéo, pédicure, kiné sont incluses et si oui, combien de séances par an maximum et le montant forfaitaire de remboursement. Il en va de même pour certaines thérapies alternatives comme l’homéopathie.

A lire également  Assurance high-tech : quel est le rôle de l’assurance high-tech ?

Assurez-vous de bien comprendre le système de remboursement.

Il existe deux types de remboursements : le règlement direct (tiers payant) et le remboursement différé.

Dans le cas du tiers payant, la compagnie d’assurances paie directement le prestataire (médecin, hôpital, etc.). C’est particulièrement utile en cas d’hospitalisation ou d’intervention chirurgicale, lorsque vous n’avez à vous soucier de rien.

Avec le remboursement différé, en revanche, vous devrez payer vous-même le prestataire, puis envoyer vos factures à l’assureur qui vous remboursera dans un délai de quelques semaines.

Enfin, prenez en compte les extras proposés par votre assureur

Certains assureurs proposent à leurs clients des services supplémentaires comme des séances d’homéopathie gratuites ou la participation à des compétitions sportives. Ces petits plus peuvent faire toute la différence lors du choix de votre assurance santé !

Prenez garde aux exclusions

Lors de la souscription d’un contrat d’assurance maladie, vérifiez la liste des prestations non prises en charge par l’assureur. Attention notamment à certains examens comme les IRM ou les scanners, qui ne sont souvent que partiellement remboursés.

Renseignez-vous également sur les conditions dans lesquelles vous pouvez changer de mutuelle ou de complémentaire santé.

En effet, en général, il est possible de changer d’assureur à tout moment de l’année. Toutefois, certaines restrictions peuvent s’appliquer en fonction de votre situation (changement d’emploi, naissance d’un enfant, etc.).

Choisissez toujours des contrats qui sont clairs en ce qui concerne les remboursements.

Certains contrats de complémentaires santé présentent les remboursements sous forme de pourcentage du plafond mensuel de la sécurité social (qui évolue régulièrement) ou bien en euros. Prenez le temps de faire une simulation de remboursement . De cette façon, vous éviterez toute mauvaise surprise. Vous pouvez également comparer les remboursements de plusieurs contrats à l’aide d’un comparateur de mutuelles.

Gardez un œil sur les délais de remboursement et de carence.

Lorsque les devis proposés par certaines mutuelles ou complémentaires sont très attractifs, prenez le temps de regarder les délais de carence. Vous trouverez parfois des explications sur ces tarifs alléchants. Mon conseil : vous devez être couverts dès la souscription sans carence. Vous ne savez pas quand vous tomberez malade ou bien si vous êtes victimes d’un AVC.

Faites en sorte que votre contrat s’adapte à l’évolution de vos besoins.

Votre contrat d’assurance maladie doit pouvoir s’adapter aux changements de votre vie. Par exemple, si vous fondez une famille ou si vous avez un bébé, vous aurez besoin d’une couverture plus importante

Vous devez également pouvoir réduire votre couverture si vous estimez que vous n’en avez plus besoin. Par exemple, lorsque vos enfants grandissent et quittent la maison, vous pouvez estimer que vous n’avez plus besoin d’une couverture familiale.